L’anorexie et la boulimie seraient causées par des facteurs sociaux

“Je pense que je vais vous décevoir”. C’est par cette phrase que le psychanalyste Carlos Bicalho a commencé l’interview qu’elle nous a accordée sur les troubles alimentaires. Spécialiste des maladies sexuellement transmissibles, de la sexualité et des troubles alimentaires, il a fait cette déclaration parce qu’il est en désaccord avec les théories qui classent l’anorexie et la boulimie comme des pathologies du XXIe siècle.

Pour Bicalho, les facteurs socioculturels sont des facteurs déterminants dans l’apparition des troubles, mais il n’est pas d’aujourd’hui qu’ils influencent l’incidence de ces maladies. Il y a des études qui font état d’anorexie, par exemple, au Moyen Âgeâ, commente-t-il. À cette époque, celle qui guidait les aspects socioculturels était l’Église. Les filles avaient la coutume de jeûner pour se rapprocher du sacré. C’était une pratique anorexique.

Les stéréotypes sociaux

Actuellement, certains experts affirment que la pression exercée pour correspondre à la norme de beauté est la principale raison de l’augmentation des cas d’anorexie et de boulimie à l’adolescence. S’appuyant sur la théorie psychanalytique de Freud, Bicalho va à l’encontre de cette tendance et estime que ce facteur, bien que déterminant, n’est pas l’essentiel. Nous devons avoir le courage de marcher dans le champ psychique et de ne plus nous concentrer uniquement sur le corps. Les troubles alimentaires peuvent n’être que des symptômes de problèmes plus profonds. Ils indiquent l’existence d’un nœud relationnel dans la triade père-mère-enfant.

Une adolescente peut même vouloir avoir le corps que les médias montrent, mais elle ne va pas jusqu’à arrêter de manger pour autant. Ce qui détermine le comportement anorexique, c’est le déséquilibre de la relation mère-père-fille”, estime-t-elle.

Pour la psychanalyse, l’anorexie et la boulimie sont liées à la difficulté de rompre, à l’adolescence, la relation symbiotique entre la mère et la fille.

“La jeune fille, lorsqu’elle entre dans la puberté, est bombardée de plusieurs questions sur son corps de femme. Cette transformation physique, dans une mentalité, encore, très enfantine, amène cette adolescente à s’approcher de sa mère de manière douteuse. Elle cherche le soutien maternel comme un appel au secours et, en même temps, elle considère sa mère comme une rivale à laquelle elle veut et ne veut pas s’identifier”, explique-t-elle.

Pour équilibrer cette relation, Bicalho considère que la présence paternelle est fondamentale. Le père est important, car en prenant une position ferme, il aide la mère et la fille à ne pas se perdre dans cette relation et marque l’espace d’un tiers.

La boulimie est le trouble alimentaire le plus difficile à déceler par la famille, car l’adolescent garde sa maladie secrète. Ce sont, souvent, les dentistes qui indiquent les patients boulimiques pour une thérapie, car le suc gastrique use l’émail des dents. Les adolescents souffrant d’anorexie ou d’obésité sont, généralement, amenés par la famille. Pourtant, il faut du temps aux parents pour accepter qu’ils ont besoin d’un traitement, car il est, toujours, plus difficile d’admettre les problèmes de sa propre famille.

Dans le cas de la boulimie, la personne mange au-delà de sa limite, car elle sait qu’elle s’en débarrassera plus tard, explique M. Bicalho. “C’est machiavélique, c’est de l’auto -punition”.

La “maladie du millénaire” pourrait être une cachette

L’obésité peut être considérée comme une pathologie caractéristique de la société actuelle et se distingue à cet égard de l’anorexie et de la boulimie. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit même l’obésité comme “la maladie du millénaire” et comme l’une des principales causes de décès évitables, dans le monde. Pour M. Bicalho, cette maladie a atteint le statut de pandémie mondiale en raison de deux facteurs principaux : le mode de vie sédentaire prédominant et l’énorme facilité de consommation d’aliments transformés.

Malgré ces facteurs, les psychologues considèrent, toujours, la prise de poids comme un outil de somatisation, un concept psychanalytique qui admet la souffrance physique comme un reflet de l’émotionnel. Par exemple, l’obésité à l’adolescence peut représenter une stratégie par laquelle la personne utilise son corps comme une cachette.

Une adolescente obèse peut être une fille qui ne veut pas devenir une femme, elle se cache dans son propre corps. Une masse corporelle importante serait, aussi, une façon de transférer le regard de l’autre du sujet vers le corps, un phénomène qualifié de corps-objet en psychanalyse. L’obésité n’est pas le seul cas dans lequel cela se produit, il existe de nombreuses façons de transformer le sujet en objet, rappelle le psychologue.

Bicalho souligne la complexité de ces questions. Chaque cas peut, également, avoir des raisons spécifiques qui influencent le développement du trouble et, seule l’analyse clinique permet de les identifier. L’important est de donner la priorité au sujet et non aux facteurs externes.

L’esprit et le miroir ne disent pas toujours la même chose

Les concepts de corps réel et de corps idéalisé définis par la psychanalyse sont liés aux troubles alimentaires. Dans l’anorexie, par exemple, l’adolescente, malgré sa minceur, a l’impression d’être grosse, c’est-à-dire que son corps idéalisé est très éloigné du corps réel.

La perception de son propre corps commence dès la naissance. Bicalho explique que le simple toucher des parents aide à la formation de cette image mentale. “Lorsque les parents baignent l’enfant, il ressent cette limite de votre corps”, explique-t-elle.

Les personnes que nous considérons comme nos références interviennent, également, dans la formation de l’image de soi. Si un enfant est blanc et que ses parents sont noirs, il ne saura pas qu’il est blanc, car il se reconnaît dans ses parents”, dit-elle.

Le regard des autres est considéré par Bicalho comme le principal facteur de construction du corps idéalisé. Dans le cas d’un enfant blanc avec des parents noirs, si les parents le regardent en reconnaissant sa couleur, à l’avenir, ce désir deviendra le sien et il pourra se reconnaître comme blanc.

“La personne qui délimite notre notion de corps est l’autre personne”, conclut-elle. Un autre exemple est “la mère qui ne voit pas sa fille obèse comme telle, pour que la fille ne pense pas qu’elle est grosse”.

La recherche de l’équilibre des fonctions

Pour éviter ces perturbations, le psychanalyste renforce que l’important est que les fonctions maternelles et paternelles jouent leur rôle et soient en équilibre, quel que soit celui qui exerce la fonction. Dans certains couples, le tableau est inversé, la mère remplit le rôle paternel et le père le rôle maternel. Même dans les couples homosexuels, l’un exerce le rôle maternel et l’autre le rôle paternel. Même si ce n’est pas la même personne tout le temps, quelqu’un exerce, toujours, l’une des fonctions, explique-t-il.

Pour la psychanalyse, la fonction paternelle est celle qui pose des limites, c’est le castrateur et la fonction maternelle est celle qui apporte chaleur, réconfort. Bicalho alerte, également, sur la décadence de la fonction paternelle de nos jours. La réalité est que dans la majorité des maisons brésiliennes, c’est la femme qui commande et cela se ressent dans l’éducation des enfants. Comme la tendance est que la mère remplit le rôle maternel, la plupart du temps, ce rôle est mis en avant et il manque dans l’éducation la partie qui consiste à fixer des limites.

L’augmentation de la charge de travail et l’absence dans le développement des enfants ont, également, généré chez les parents un sentiment de culpabilité. C’est pourquoi, au moment où ils sont avec eux, les parents ont tendance à ne pas castrer, à ne pas frustrer, c’est-à-dire qu’ils s’absentent de l’éducation et finissent par n’offrir que de la chaleur à leurs enfants, ce qui renforce encore le rôle maternel.

Le retard des enfants à quitter le foyer est un autre phénomène influencé par la décadence de la fonction paternelle. Avec la prédominance de la fonction maternelle, le confort et la convivialité du foyer deviennent, également, plus forts et l’emportent sur le désir d’indépendance”, relate le psychanalyste.

Dans le cas de troubles chez les adolescentes, “le rôle paternel est important parce que dans la relation symbiotique entre la mère et la fille, toutes deux veulent que le corps de la fille reste enfantin, car cela signifie continuer à occuper la position de fille, mais le père regarde le corps de la fille en voulant la faire mûrir et cela équilibre la relation, fixe des limites”, explique-t-elle.

Aux parents, Bicalho laisse un message : “La chose la plus importante est de se rappeler que l’éducation des enfants demande du temps et ils ont besoin de ce temps. Nous vivons l’impuissance généralisée”, conclut-elle.