Le tour de taille est-il en corrélation avec le risque cardiovasculaire ?

Gros et en forme, mon œil ! Une nouvelle étude montre que les personnes en légère surcharge pondérale et sans facteurs de risque cardiovasculaire classiques présentent déjà un risque de maladie cardiovasculaire nettement plus élevé que les personnes de poids normal.

Le mythe du “gros homme sain” est considéré comme dépassé

En Allemagne, environ deux tiers des hommes et la moitié des femmes sont en surpoids, et environ un quart des Allemands sont considérés comme obèses, avec une tendance à la hausse. Le fait que trop de kilos sur les côtes soient malsains a été de plus en plus remis en question récemment. L’expression “surcharge pondérale saine” a été diffusée.

Les personnes qui ne sont qu’en surpoids et qui ne présentent pas d’autres facteurs de risque cardiovasculaire tels que le diabète, un taux de cholestérol élevé ou une hypertension artérielle ne sont pas plus à risque que les personnes ayant un poids normal. Mais de plus en plus d’études prouvent que ce n’est pas le cas. Souvent, cependant, le nombre de patients était insuffisant ou la conception de l’étude n’était pas optimale, de sorte qu’aucune déclaration concluante ne pouvait être faite.

520.000 participants de 10 pays européens

Une nouvelle étude a donc été menée sur la base des données de l’European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition Study (EPIC). Elle a rassemblé environ 520 000 participants de 10 pays européens, recrutés entre 1991 et 1999. Pour une meilleure évaluation des données de l’étude, les auteurs ont utilisé un modèle de cohorte de cas dans lequel une sous-cohorte sélectionnée au hasard a servi de groupe de référence.

Les auteurs ont divisé les participants à l’étude en deux groupes en fonction de leur profil de risque métabolique (pression artérielle, hypertriglycéridémie, cholestérol HDL, hyperglycémie, tour de taille). Si au moins trois paramètres étaient pathologiquement altérés, les sujets étaient considérés comme “métaboliquement malsains”. Sinon, ils étaient considérés comme “métaboliquement sains”.

Dans une étape ultérieure, les personnes testées ont été divisées en fonction de leur indice de masse corporelle (IMC). Les auteurs ont suivi ici les directives de l’Organisation mondiale de la santé (poids normal 18,5-25, surpoids 25-30 et obésité à partir de 30 kg/m2). Au total, 7 637 nouveaux diagnostics de maladies coronariennes ont été posés dans la population étudiée sur une période de suivi d’environ 12 ans. Les auteurs analysent maintenant la fréquence des maladies coronariennes dans les différents sous-groupes.

Épaisseur malsaine contre épaisseur saine : quel est le risque de coronaropathie ?

Tout d’abord, les auteurs ont pu confirmer qu’un métabolisme malsain a une influence énorme sur le risque cardiovasculaire. Par exemple, les sujets de poids normal en mauvaise santé présentaient un risque 2,2 fois plus élevé de maladies coronariennes. Si les sujets étaient en surpoids ou obèses en même temps, le risque était 2,3 ou 2,5 fois plus élevé. Cela confirme la pertinence des facteurs de risque classiques tels que l’hypertension, l’hypercholestérolémie et le diabète.

Cependant, les personnes en surpoids et obèses ayant un métabolisme sain, c’est-à-dire les “personnes grasses en bonne santé”, ont également montré un risque accru d’événements cardiovasculaires (par rapport aux sujets en mauvaise santé du point de vue du métabolisme, le risque n’était cependant pas aussi prononcé).

En y regardant de plus près, les “épaisseurs saines” présentaient déjà une pression artérielle, des taux de lipides et de sucre dans le sang plus élevés, bien que dans la fourchette de référence.

La surcharge pondérale comme facteur de risque distinct

Cependant, même si ces paramètres sont inclus dans l’évaluation, le surpoids reste un facteur de risque à part entière. Les auteurs supposent que l’augmentation du risque de coronaropathie due au surpoids est due à une augmentation d’environ 50 fois celle des facteurs de risque classiques. Dans les 50 autres cas, la surcharge pondérale est seule responsable. Ces résultats réfutent le mythe du surpoids sain, qui a récemment été propagé plus souvent dans les médias. Trop de kilos sur les côtes doit donc être considéré comme un facteur de risque à part entière, même avec un IMC de 25.

Dans le contexte où certaines directives internationales ne recommandent pas la réduction du poids chez les personnes en bonne santé sur le plan métabolique, les auteurs appellent à une remise en question conséquente. Même les “grosses personnes en bonne santé” ayant un IMC supérieur à 25 devraient être motivées pour perdre du poids.

Les mesures conservatrices telles que les changements de mode de vie par un régime alimentaire adapté, l’activité physique ou la thérapie comportementale constituent la base de toute thérapie. Dans certains cas, une thérapie à l’Orlistat ou une chirurgie bariatrique peut être appropriée. L’objectif doit être un IMC inférieur à 25.

L’augmentation du tour de taille est plus dangereuse que l’augmentation de l’IMC

De plus, les auteurs ont pu montrer qu’un tour de taille plus important augmente le risque cardiovasculaire plus que l’IMC et que même les personnes de poids normal ayant un tour de taille plus important ont déjà un risque accru de coronaropathie. Comme le tour de taille est en corrélation avec la proportion de graisse viscérale, l’étude confirme que le dépôt de graisse viscérale est un facteur de risque cardiovasculaire critique. Les programmes de perte de poids devraient donc viser en premier lieu à réduire la graisse viscérale. L’orlistat, qui a démontré son potentiel de réduction de la graisse viscérale dans des études cliniques contrôlées par placebo et qui est également recommandé par la Société européenne de cardiologie comme option thérapeutique, pourrait éventuellement apporter un remède dans ce domaine.

En résumé, le concept de surpoids sain est considéré comme obsolète. Un excès de graisse corporelle, en particulier de graisse viscérale, favorise le développement de l’artériosclérose en tant que facteur de risque indépendant et peut entraîner des maladies cardiovasculaires. Tous les patients en surpoids et obèses doivent donc être sensibilisés au risque et se voir proposer une aide appropriée (conseils nutritionnels, programmes d’amaigrissement, consultation sur l’obésité).